logo de vin social club

Pour une meilleure expérience de navigation sur vinsocialclub.fr, veuillez actualiser la version de votre navigateur.

http://www.microsoft.com/fr-fr/download/internet-explorer.aspx

Retards et petite récolte pour les vendanges 2013

image du profil utilisateur

Par : Vin Social Club

date de publication: mercredi 23 Oct 2013

image générique

Trois semaines de retard et une petite récolte : les vendanges 2013 portent les stigmates du froid printanier.


Les vendanges 2013 resteront dans les annales comme parmi les plus tardives de ces trente dernières années. Ces retards pouvant aller jusqu'à trois semaines donnent des sueurs froides à plus d'un vigneron français. Outre des difficultés de recrutement, certains étudiants ayant déjà repris les cours, les viticulteurs craignent qu'une dégradation du temps n'affecte la qualité des raisins. Toutefois, début septembre, l'état sanitaire du vignoble était satisfaisant.

2013 sera également synonyme de petite récolte : 44,5 millions d'hectolitres, estimait le ministère de l'Agriculture au 1er septembre. Soit un peu mieux que 2012, une année historiquement basse. Les responsables ? La pluie et le froid printaniers qui, en plus de gâcher le moral des Français, ont provoqué des phénomènes de coulure (avortement et chute des fleurs et des petites baies).
Grands perdants de l'année : les vignerons bordelais qui voient leur production chuter de 23% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Déjà touché par la coulure, le vignoble bordelais a aussi essuyé un violent orage de grêle dans les vignobles Libournais et de l'Entre-deux-mers. Résultat : une perte de 600 000 hectolitres et une récolte qui ne devrait pas dépasser les 4,5 millions d'hectolitres. Les vignobles d'Alsace, du Jura et du Sud-Ouest n'espèrent pas non plus une grande récolte. Certaines régions vinicoles tirent toutefois leur épingle du jeu comme la Champagne, la Charente, le Languedoc-Roussillon ou encore la Corse.

Avec des stocks au plus bas, il n'y a «
pas de raison d'avoir des difficultés sur les prix », se félicitait Jérôme Despey, viticulteur et président du conseil spécialisé viticulture de FranceAgriMer. Une bonne nouvelle pour les vignerons, moins pour les amateurs.





Yannick Groult
Télécharger le pdf

0 commentaires

il vous reste 500 caractères Publier