Agence web GooPlus

Pour bien faire votre choix lorsque vous achetez une bouteille de vin, vous pouvez vous référer aux mentions sur son étiquette. Certaines sont obligatoires et aident le consommateur à mieux cerner l’origine du vin ainsi que la manière dont il a été fabriqué, tandis que d’autres vous renseignent sur ses arômes et son goût. N’attendez plus et découvrez comment lire une étiquette de vin grâce à cet article et donc être sûr de trouver la bouteille idéale !

Les mentions des étiquettes sur les bouteilles de vin

L’appellation

Gage de qualité et indicateur de provenance, l’appellation est une caractéristique que l’on attribue à un vin s’il respecte certaines conditions. Par exemple, tous les vins élaborés en France peuvent prendre l’appellation Vin de France et s’ils sont originaires d’une région précise et qu’ils répondent aux bons critères, ils peuvent même obtenir une IGP (Indication Géographique Protégée) ou une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

L’appellation est indiquée directement sur le devant de la bouteille. C’est un label certifié et contrôlé, par conséquent c’est une preuve du dur labeur du vigneron. Cela prouve également son implication dans la préservation du terroir de sa région.

Le nom de vignoble

Chaque vignoble a un nom, cela peut être un domaine, un château, un clos, une abbaye, un mas ou encore une maison. Certains vignerons donnent également leur propre nom à leurs bouteilles afin d’y associer leur expertise et renommée ou bien un nom de marque qu’ils ont eux-mêmes choisi.

Cette mention vous permet de retrouver plus facilement l’origine de la bouteille, mais elle n’est pas obligatoire à l’inverse de l’appellation. Cela reste tout de même un gage de qualité pour les vignobles et vignerons dont le nom est réputé et parfois même connu à l’internationale.

Le lieu

Dans le cas de l’exportation, il est obligatoire d’indiquer le pays de provenance. Le but est de pouvoir tracer facilement chaque bouteille et de s’assurer d’où elle vient quand elle est vendue à l’étranger. Il est donc nécessaire de préciser au moins la mention du nom du pays.

Il est possible de retrouver cette indication à l’arrière de la bouteille, mais aussi devant si le producteur veut mettre en avant l’origine de son vin pour une raison marketing. Au-delà du pays, il est aussi courant d’indiquer la région de provenance.

Le millésime

Même si l’on retrouve l’année de production sur la plupart des bouteilles de vin, ce n’est pas du tout obligatoire. Généralement, le vigneron le précise pour les cuvées spéciales ou qui sont en quantités limitées, ainsi que pour les vins qui doivent d’abord être vieillis avant d’être consommés.

En effet, certaines bouteilles atteignent leur apogée quelques années plus tard, il est donc important de se rappeler en quelle année elle a été produite. C’est aussi une manière de prouver la qualité du vin, certaines années sont réputées meilleures que d’autres notamment vis-à-vis des conditions météorologiques.

Le nom de la cuvée

Parfois, les vignerons peuvent ajouter un nom en plus pour distinguer les différentes gammes et cuvées. C’est une technique pour faire se démarquer certains vins surtout quand beaucoup sont produites au même endroit chaque année. Cela permet aussi de lui donner un nom simple et facile à retenir pour le consommateur et donc de l’inciter à racheter une bouteille à nouveau.

Spécifier un nom de cuvée permet également de différencier plusieurs vins en provenance d’un même lieu, mais qui ont tout de même des caractéristiques différentes. Certaines parcelles dans un domaine sont dédiées à une cuvée en particulier et ont donc un nom précis.

La mise en bouteille

Sur chaque bouteille de vin doit être indiqué qui l’a embouteillé et où. Quand le producteur fait son propre vin avec le raisin qu’il a cultivé, la mention à utiliser est la suivante « Mis en bouteille à » suivi du type de vignoble donc propriété, domaine ou château.

En revanche, s’il ne s’occupe que des vignes et que le reste de la production est poursuivi ailleurs, par exemple à la charge d’une coopérative, alors c’est à eux d’éditer la mention. On pourra donc trouver sur l’étiquette le terme « embouteilleur » ainsi que celui de « viticulteur » ou « négociant » et les noms des personnes correspondantes.

Les informations complémentaires sur les étiquettes

Il reste des informations obligatoires comme le degré en alcool, la contenance de la bouteille et le numéro du lot, mais aussi d’autres qui ne le sont pas et que l’on retrouve presque à chaque fois. Vous pouvez notamment remarquer la présence d’autocollants qui montrent quelles médailles ont été gagnées par la cuvée ou encore d’autres labels comme celui du bio.

C’est surtout au dos de la bouteille qu’il sera possible de trouver des informations plus précises sur chaque vin. Certains vignerons prennent le temps de préciser les cépages et quelle méthode culturale ont été utilisés dans l’élaboration de leur vin.

Souvent, pour le vin pétillant et le vin blanc, il y a également des indications sur la teneur en sucre du vin et s’il est plutôt sec, sucré ou moelleux. Vous pouvez aussi choisir votre vin en fonction de repas qui l’accompagnera, il est possible de retrouver des accords mets et vins suggérés par le producteur au dos de la bouteille.

À quoi correspond la couleur de la capsule d’une bouteille de vin ?

Vous l’avez peut-être remarqué, les bouteilles de vin ont des capsules de couleurs différentes. L’étiquette qui y est apposée peut être soit rouge soit verte. Selon cette couleur, vous saurez qui se charge de produire le vin que vous vous apprêtez à acheter.

Une capsule verte signifie que le producteur va autant faire pousser la vigne, récolter le raisin que vinifier le tout. À l’inverse, une capsule rouge est mise sur les bouteilles dont le raisin n’est pas produit par la même personne qui l’a vinifié.

Ce n’est pas pour autant que la qualité du vin sera différente, cela montre juste que plusieurs personnes sont intervenues dans le processus de production et donc qu’il n’y a pas qu’une seule personne ou domaine qui s’en est chargé du début à la fin.