Entre vin bio, biodynamique, ou naturel, les consommateurs ont de quoi se perdre dans le grand rayon des vins français. Chacune de ces trois catégories correspond à une démarche très précise, dont le point commun est de tendre vers une viticulture raisonnée et plus respectueuse de l’environnement, mais aussi une vinification plus naturelle que les vins conventionnels.
Mais qu’est-ce qui différencie les vins bio, biodynamiques et naturels ? En réalité, les différences de viticulture et de vinification sont très nombreuses selon le label : culture du sol, fermentation, les divers produits disponibles sur le marché ne répondent pas aux mêmes exigences établies par le cahier des charges de chaque certification. Explications sur les différences fondamentales entre les différents types de vins labellisés.

Les vins conventionnels boudés par les consommateurs

Chaque jour, le marché des produits naturels rencontre de nouveaux adeptes, il n’y a qu’a regarder les chiffres du marché du vin : là où le marché baisse en france de l’ordre de 4% par an (Source Franceagrimer), les ventes de vins bios, toutes catégories confondues devrait croître de 14% par an au moins jusqu’en 2022 (Source IWSR). Ces nouveaux consommateurs en quête de simplicité et surtout de transparence se renseignent de plus en plus sur l’élevage de la vigne et l’élaboration du vin conventionnel. Les engrais chimiques et pesticides employés dans les rangs de vignes, et les quelques 300 additifs autorisés (chimiques pour la plupart) lors de la fermentation rendent plus méfiants les consommateurs envers le vin conventionnel, en réalité à des années-lumière du nectar de raisin produit par la mère Nature. Face à ces méthodes de production basées sur le rendement et la modification chimique des produits du terroir, de plus en plus de vignerons se plient aux exigences des labels bio, biodynamique et nature, à la fois pour se positionner sur un marché en croissance et aussi pour renouer avec une agriculture et une vinification des raisins de plus en plus naturelles.

Les vins bio : des vignes sans traitement synthétique

Le label Agriculture Biologique, né en 1985, se base sur l’interdiction d’utilisation de produits de synthèse. Concernant la viticulture, les amendements et autres dérivés phytosanitaires de synthèse sont donc formellement interdits. Seuls les traitements à base de soufre et de cuivre restent permis.
En matière de vinification, les contraintes du vin bio restent pratiquement identiques à celles du vin conventionnel, notamment depuis la modification du règlement européen en 2019, élargissant la liste des intrants autorisés en vins AB.

La biodynamie : une mouvance en plein essor

Instaurée par le philosophe Rudolf Steiner, la biodynamie est une technique réunissant de plus en plus de vignerons sous les labels Demeter depuis 1927, et Biodyvin depuis 1995. Tout comme pour l’Agriculture Biologique, les raisins poussent sans engrais ni pesticides, mais également sans soufre ni cuivre.
Pour dynamiser la vigne et son environnement, les vignerons ont recours à diverses techniques d’agriculture, comme des décoctions à base de plantes, de silice ou de corne. La biodynamie exige aussi de respecter le calendrier lunaire. Concernant la vinification, la méthode de production exclut toute modification artificielle du produit : pas d’additifs, pas de levures ni de traitement thermique. Seules quelques préparations naturelles à doses homéopathiques sont autorisées.
Des pratiques saugrenues pour certains viticulteurs conventionnels, mais qui rassemblent de plus en plus d’adeptes : 15 % du vignoble bio est actuellement dédié aux vins biodynamiques.

Le vin naturel : la culture raisonnée « jusqu’au-boutiste »

Le vin naturel se définit comme un vin sans sulfites ajoutés. Cependant, la catégorie des vins naturels n’est pas encore clairement définie par un cahier des charges européen. Pour pallier ce vide juridique, l’association de vignerons S.A.I.N.S : Sans Aucun Intrant Ni Sulfites (ajoutés).
Le label au nom explicite, promeut une démarche en toute transparence appuyée par une certification drastique : faible rendement, récolte manuelle, pas d’utilisation d’intrants naturels (levures) ou de synthèse, y compris les sulfites. Le vin S.A.I.N.S s’affiche donc comme un pur jus de raisin bio fermenté naturellement.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here