Agence web GooPlus

Le 25 juillet dernier, une mauvaise nouvelle est tombée pour les vins labellisés par la marque Sud de France. En effet, le préfet de la région en Occitanie, Étienne Guyot, a fait la demande aux professionnels du vin de ne plus mentionner le nom de la marque sur leur étiquette de vin. Nous vous expliquons pourquoi et quelles en sont les conséquences dans cet article !

Qu’est-ce que la marque Sud de France ?

Sud de France Logo

Pour protéger le terroir d’Occitanie, la marque Sud de France estampille de son logo des fruits, des légumes, des viandes, des pâtisseries régionales ou encore des vins qui sont produits localement. Elle a été créée en 2006 par Georges Frêche, le président du Languedoc-Roussillon à ce moment-là.

Le but est d’aider les consommateurs à reconnaître quels produits proviennent de la Région, que ce soit auprès des habitants locaux, des Français à travers tout le pays et des étrangers. Pour le moment, tout ce qui appartient à l’alimentaire pouvait avoir ce logo sur son packaging à partir du moment où il prouvait que sa production était réalisée en Occitanie.

La mention « Sud de France » permet de valoriser le travail des agriculteurs français et de soutenir l’économie locale. Un cahier des charges est à respecter, et il existe même une version alternative du logo pour les produits issus de l’Agriculture Biologique ou qui possèdent également un label certifiant leur provenance.

Une interdiction initiée par le préfet de région

Pour trouver l’origine de cette interdiction, il faut remonter à un courrier communiqué le 25 juillet par le préfet de la région. Il y est stipulé que l’utilisation des logos de la marque Sud de France allait à l’encontre de « la réglementation de la protection des indications géographiques dans le secteur vitivinicole ».

Les vins ayant la mention « Sud de France » se verraient donc obligés de changer d’étiquetage. Cette interdiction découle directement du flou engendré par la marque vis-à-vis des autres labels. En effet, en Europe les vins doivent posséder une mention géographique pour pouvoir être tracés correctement.

Cependant, cette mention n’a pas de réelles limites à l’inverse de l’Appellation d’origine protégée (AOP) ou encore de l’Indication géographique protégée (IGP). Lorsqu’elles se trouvent les unes à côtés des autres, il y aurait donc une confusion auprès des consommateurs.

Les élus et les vignerons se révoltent

Le courrier annonçant l’interdiction n’a pas bien été accueilli. Nombreux sont les acteurs de la filière du vin qui s’indignent et qui déclarent que supprimer le droit d’utiliser la mention « Sud de France » serait une grave erreur.

Puisqu’elle apporte une valeur ajoutée aux produits qui l’utilisent, l’enlever porterait préjudice à toutes les bouteilles l’ayant eu estampillée sur leur étiquette auparavant. Comme le précise une dizaine de présidents de syndicats viticoles et d’indications géographiques protégées, pour certains vins elle a ouvert l’accès à l’étranger et donc à une exportation plus étendue.

Stopper son utilisation aussi brutalement va également poser problème aux négociants et aux commerçants qui s’en servaient pour promouvoir les vins concernés. L’impact serait assez intense pour bouleverser le marché du vin.

Les conséquences de cette interdiction

Chapitre Sud de France Vin

L’un des vins ayant la mention Sud de France.

Au total, ce sont 7 000 vins différents qui sont concernés par cette nouvelle ! Pour éviter qu’elle ne devienne réalité, tous les professionnels concernés cherchent à interpeller la région et la presse pour essayer de la contrer, notamment en mettant en avant les conséquences qui découleront de cette interdiction.

Une perte en visibilité

Comme l’explique Denis Verdier, le président de l’IGP Sud de France, au Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc, la mention « Sud de France » est beaucoup simple à comprendre que les autres indications régionales.

Pour un étranger « l’IGP Hérault, l’IGP Saint-Guilhem-le-Désert, ou l’IGP Pont-du-Gard » n’ont pas de sens. À l’inverse, situer où est le sud de la France est beaucoup plus simple ! C’est donc un élément essentiel pour faire la promotion des vins qui la possèdent.

Un changement d’étiquette à effectuer

Si cette interdiction venait à être officialisée, toutes les bouteilles de vin ayant la dénomination « Sud de France » devront être saisies et enlevées des rayons. C’est une charge de travail en plus pour les cavistes, les supermarchés, les vignerons et tous ceux proposant à la vente l’un de ces vins.

Autant la France que les pays étrangers seront concernés ! Un nouvel étiquetage doit également être mis en place pour remplacer l’ancien. Un coût marketing supplémentaire sera alors nécessaire pour les vignerons qui devront autant changer de stratégie que de packaging.

Alors que les vendanges ont déjà débuté, il faut donc commencer à réfléchir à changer d’organisation pour pallier à cette future perte en visibilité, et potentiellement trouver une nouvelle stratégie marketing. Pour le moment tout semble confirmer que cette interdiction aura bien lieu !