Agence web GooPlus

Les métiers du vin sont marqués par la passion et la ferveur. Du producteur au distributeur, ce sont des métiers différents et variés, dont les accès sont bien spécifiques et nécessitent de bonnes connaissances en la matière. On ne s’improvise pas viticulteur ou œnologue. Mais connaissez-vous le métier de caviste ? C’est l’un des nombreux métiers liés au vin, dont on ignore souvent les particularités. Suivez le chemin et découvrez les passages obligés pour accéder à un travail où la passion a toute sa place.

Caviste : un métier qui commence dans la cave

Quand on parle de caviste, on imagine aisément le professionnel au fond de sa cave, élevant son vin, sous la houlette du maître de chai ou de l’œnologue. Le caviste intervient dès la vendange, préparant la cuverie à recevoir les moûts, sélectionnant la vendange, pour prévoir les différentes cuvées.
Il va aider au pressurage, à tous les travaux de cuvaison, participer à l’élaboration des vins, à la mise en bouteille et à l’étiquetage. Il surveille la fermentation et le vieillissement en fûts, il procède aux différents soutirages, il goûte et suit les différentes étapes de la fermentation.
Il gère les stocks, s’occupe de la commercialisation et peut animer des ateliers de dégustation. Dans les structures importantes, il peut même être amené à encadrer des équipes.
Ses principales qualités sont d’être à la fois connaisseur en matière de vin, avoir un palais développé et être un bon gestionnaire, organisé et rigoureux dans son travail et avoir une solide constitution pour la manutention des fûts et des bouteilles.

Vendeur-conseil en vin : un commerçant passionné

Devenir caviste à son compte est une autre opportunité pour ce métier. Non plus tourné vers l’élaboration du vin, il est plus spécialisé dans la partie dégustation et commerciale.
Le caviste indépendant devra sélectionner les vins qu’il souhaite distribuer dans sa boutique en sélectionnant un réseau de vignerons, dans les différents vignobles. Il y fera les achats qui composeront son offre.
La franchise, comme Inter Caves ou Nicolas, permet au caviste de s’affranchir de la sélection des crus, pour consacrer davantage de temps à sa clientèle. Il devra faire un apport financier, en échange de quoi, il bénéficiera d’une formation, d’un soutien marketing et d’une notoriété.
Il peut également créer une entreprise en B to B, comme le propose le groupe Winetailors. C’est-à-dire proposer ses services de conseil auprès d’une clientèle de professionnels de la restauration et de l’hôtellerie.
Il faut noter que ces métiers, outre les formations professionnelles adéquates, requièrent des licences à emporter pour être en conformité avec la loi.
La profession peut également être exercée dans les bars à vin, les restaurants gastronomiques, aux côtés du sommelier.

Le métier de caviste : quelles sont les formations à suivre ?

La formation pour devenir caviste, que ce soit dans un domaine ou une boutique de vente aux particuliers est identique. En boutique, un BEP VAM ou un Bac Pro commerce option vendeur-conseil sont des options possibles.
Si un CAP Agricole vigne et vin est suffisant, un Bac Pro conduite et gestion de l’exploitation agricole, spécialité vigne et vin est plus souvent demandé et permet d’accéder à des postes de maître de chai ou chef de cave.
Une formation Bac +2 est recommandée, pour espérer progresser dans le métier et prétendre devenir Conseiller viticole ou vinicole. Par exemple : un BTS Agricole, viticulture et œnologie.
Une spécialisation grâce à un DNO (Diplôme National d’Oenologie) sera un vrai plus pour le caviste qui œuvre en boutique, conseille sa clientèle ou organise des dégustations.

Les cavistes sauront conseiller leur clientèle sur tous les vins, les châteaux de Bordeaux, de Bourgogne ou le Champagne, mais aussi les spiritueux. Ils font leur propre sélection et sont force de proposition pour de nouvelles références, telles que les vins naturels qui ont le vent en poupe. Ce métier est une vraie passion à faire partager autour d’une bouteille.