Yantaï, la métamorphose du vignoble centenaire de Shandong

Si les vins chinois ne sont pas légion sur le marché international, ce vaste vignoble extrême-oriental s’affiche tout de même au 6e rang mondial. La production viticole chinoise, pesant plusieurs centaines de millions de dollars annuels, représente une importante part du PIB national. Bien que le territoire chinois soit extrêmement étendu, les vignobles sont peu nombreux et souvent méconnus. Le Shandong, figure d’exception, est l’une des seules régions dédiées à la viticulture depuis plus d’un siècle, mais aussi un vignoble qui intéresse depuis longtemps les connaisseurs. À son épicentre, la ville de Yantaï est d’ailleurs la seule à jouir du titre de « Ville internationale de la vigne et du vin » décerné par l’OIV en 1987, et convoite désormais l’appellation géographique. En collaboration avec les meilleurs domaines français, celui que l’on surnomme « le verger de la Chine » s’est métamorphosé en un immense complexe voué à la viticulture et à l’œnotourisme.

ChangYu, la naissance d’un empire viticole

Depuis plus d’un siècle, la ville portuaire de Yantaï se dévoue à la production de vins, et doit notamment sa célébrité à ses vins aromatisés à la cannelle, au safran, ou encore à la cardamome. À cette époque déjà, une collaboration franco-chinoise est à l’origine de ce vignoble asiatique hors du commun, implanté de 150 cépages européens par le fondateur de ChangYu.
Sur les quelque 200 domaines viticoles que compte la région, ChangYu a su rapidement se démarquer. Cette fameuse compagnie est aujourd’hui à la tête d’un vignoble de 35 000 hectares et compte plus de 5000 employés. Elle affiche également un chiffre d’affaires colossal frisant les 5 milliards yuan annuel.
Devenue en deux décennies l’une des entreprises viticoles les plus influentes au monde, ChangYu contribue à structurer la filière viticole chinoise, et participe généreusement à l’essor considérable de l’œnotourisme dans cette région reculée de Chine. Dans le but de promouvoir son terroir, la compagnie est également la première à avoir ouvert ses portes aux collaborations franco-chinoises : né en 2000, ChangYu-Castel demeure une référence sur le marché.

Un futur « Lafite chinois » : mythe ou réalité ?

Si ChangYu fait figure de précurseur, le fameux domaine Lafite a, lui aussi, décidé de se lancer à la conquête des terroirs chinois de Yantaï. Leur objectif : « Produire un vin exprimant au mieux la diversité de ce terroir, un cru complexe et élégant, digne de la signature Rothschild », déclare Gérard Colin, responsable du projet viticole franco-chinois de la maison Lafite, et véritable vedette du monde de la viticulture en Chine. Loin de prétendre à recréer un Lafite chinois, l’entreprise bordelaise se destine à valoriser ce terroir particulièrement propice à la culture de la vigne. L’idée serait de créer un grand cru Shandong dont la complexité et la suavité évoqueraient les grands crus de Bordeaux. Un projet ambitieux pour certains, pourtant loin d’être chimérique, selon les nombreuses études réalisées, mais aussi grâce à la participation de grands investisseurs à la tête des importants travaux menés dans ce tout nouveau vignoble cogéré.

Oenologie et œnotourisme : la clé du succès

Parallèlement aux importants travaux d’extraction et d’aménagement concernant les vignobles, la future « ville du vin » chinoise s’est, elle aussi, métamorphosée en un temps record. En quelques années, la petite ville côtière a su s’imposer comme un lieu incontournable de l’œnotourisme international : répliques de châteaux bordelais, village français aux rues pavées, rien ne manque pour évoquer notre patrimoine. Les visiteurs peuvent également explorer la Grande Cave de ChangYu, devenu le musée de la Culture du vin de Yantaï. Sur ses 3000 m2, ce lieu unique au monde abrite des crus centenaires retenus dans des milliers de fûts. Parcs à thème, hôtels, restaurants… Parallèlement à ces projets pharaoniques destinés à attirer touristes et investisseurs en masse, la ville a dépensé un montant astronomique dans la création du Centre de Recherche et de Développement autour du vin, estimé à 1 milliard de dollars.
Forte de son succès florissant, la ville de Yantaï a eu le privilège d’accueillir le WBWE, le plus important Salon du vrac d’Asie les 30 et 31 mai 2019. À cette occasion, la nouvelle coqueluche des œnotouristes n’a pas manqué de rappeler sa disposition à devenir le plus grand opérateur mondial du vrac.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here